suivez nous

Contexte

Le Maroc a connu une forte croissance démographique ces 30 dernières années qui s’est faite au profit d’une urbanisation progressive. Aujourd’hui, plus de la moitié de la population marocaine vit en ville et il est prévu que le taux d’urbanisation atteigne les 68% d’ici 2030.

Ces deux dernières décennies, le Maroc a mené une politique économique, sociale et écologique caractérisée par de nombreux programmes d’aménagement urbains et de plans stratégiques pour renforcer l’économie du pays et améliorer les conditions de vie de ses citoyens. Au programme 15 villes nouvelles sont en projet ou en cours de réalisation, dont notamment le projet de la ville nouvelle de Zenata. Cette nouvelle centralité urbaine d’une superficie de 1 630 hectares est une extension de Casablanca.

Le Protocole d’Accord

L’année 2013 commémore le 6ème anniversaire du Protocole d’Accord, signé sous La Présidence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Ce protocole a mandaté la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) pour le développement de la Ville Nouvelle de Zenata.

Pour assurer le pilotage du Projet de la Ville Nouvelle de Zenata, la Caisse de Dépôt et de Gestion a créé en août 2006, à travers sa filiale CDG Développement, une structure dédiée : la Société d’Aménagement Zenata, ayant pour missions la conception d’un modèle urbain intégré et l’aménagement global de la Ville Nouvelle de Zenata.
La Société d’Aménagement Zenata est aussi garante de la cohérence globale du projet et de sa mise en œuvre.

Le projet

Ce projet d’intérêt public vise à hisser la capitale économique et sa région au rang de grande métropole mondiale. D’envergure nationale et parmi les plus grandes opérations d’aménagement urbain à l’international, la ville nouvelle de Zenata sera une ville de services et l’une des premières éco-cités marocaines destinée principalement à la classe émergente.

Elle accueillera à terme 300 000 habitants et créera 100 000 emplois, répondant ainsi au ratio habitant / emploi de développement durable de 1/ 3.

1. Situation géographique

Située dans la 2ème couronne nord du Grand Casablanca, sur la commune d’Ain Harrouda, le site de la Ville nouvelle de Zenata est une extension urbaine de Casablanca et représente un territoire tampon entre Casablanca et Mohammedia qui s’étend le long de la façade Atlantique (5,35 km de longueur de côte et 3,5 km de profondeur de la plage à l’autoroute).

2. Situation foncière

Le 13 mars 2006, le projet a été déclaré d’utilité publique, initiant ainsi une procédure d’expropriation sur 1 150 hectares de foncier privé. La CDG a adopté une méthode innovante qui lui a permis à fin 2012 d’être propriétaire de 97% du foncier.
Le reste du territoire est principalement un foncier domanial cédé à la CDG en contrepartie du foncier aménagé nécessaire aux équipements publics de la ville nouvelle de Zenata.

Sur le territoire de Zenata, on recense aujourd’hui 7 000 ménages bidonvillois et 245 activités :
- Un programme de relogement en 3 phases a été lancé par
Sa Majesté le Roi Mohammed VI le 24 avril 2010.
- L’aménagement d’une zone de relocalisation industrielle de 69 hectares subventionnée.

3. Vocation et positionnement stratégique

Zenata est la dernière réserve foncière stratégique d’ampleur suffisante capable de résorber les nombreux déséquilibres socio-économiques existants entre l’ouest (centralité d’Anfa) et l’est (Ain Sbaa / Sidi Bernoussi) de la région du Grand Casablanca.
Ainsi, elle a pour vocation de créer une nouvelle centralité urbaine, répondant à l’enjeu de l’émergence d’une classe moyenne et développant des services à forte valeur ajoutée, pour la région et pour le pays et à travers une mixité sociale et spatiale.
Le développement de la ville nouvelle de Zenata se caractérise d’abord par la création de 5 activités emblématiques constituées en pôles de productivité. Ces activités créatrices de richesses représentent des leviers de croissance nécessaires à un développement urbain pérenne :
+ Pôle santé
- Superficie : 10 hectares
- Concept : cité médicale intégrée
+ Pôle éducation
- Superficie : 20 hectares
- Concept : campus de formation intégré
+ Pôle commercial
- Superficie : 120 000 m² de surface locative sur 25 hectares
- Concept : commerce & loisir familial
- Cible : classe moyenne
- Spécificité : centre supra-régional
+ Pôle logistique
- Superficie : 200 hectares (porté par l’ANP)
- Spécificité : synergie avec les autres activités (commerce, parc d’exposition…)

4. Concept urbanistique

En amont de la conception urbanistique, les études d’impact sur l’environnement et techniques ont mis en évidence des caractéristiques favorables à l’urbanisation :
- Air : toutes les valeurs de mesure de la pollution sont inférieures aux valeurs seuil de l’OMS
- Eau : aucun indicateur de pollution des eaux n’a été détecté. Le système de bassins d’eau couplé avec un réseau d’assainissement public permet de neutraliser le risque d’inondation des eaux pluviales
- Sol : il présente des teneurs conformes aux standards internationaux dus à une activité majoritairement agricole du territoire. Il est caractérisé par un sol meuble à rocheux, favorable à l’aménagement et à la construction.

Le concept urbanistique d’éco-cité s’articule autour de 4 axes majeurs :

• Les enjeux socio-économiques
Le concept prévoit la construction de logements destinés principalement à la classe moyenne, ainsi que le relogement sur 5 ans de 7 000 familles « bidonvilloises ». Il prévoit également, pour la pérennité des emplois, une zone de relocalisation industrielle moderne destinée aux 250 activités recensées sur le site.

• Le concept environnemental
Environ 470 ha d’espaces verts quadrillent la ville, à la recherche d’une meilleure régulation de la température ambiante (-3°en été). Des bassins de rétention d’eau pour la saison humide favorisent la reconstitution des nappes phréatiques et la forestation du site. Ces parcs irrigués naturellement et conduisant à la mer sont ainsi conçus comme des « corridors écologiques » favorisant la biodiversité.

• Le principe de mobilité
La ville de Zenata est conçue pour augmenter la mobilité interne sans recours à l’automobile. La gare multimodale, le RER et une ligne de tramway inscrivent la ville dans le réseau de mobilité du Grand Casablanca. La moitié des places de stationnement seront par ailleurs mutualisées pour faire de Zenata un territoire pilote des mobilités durables à l’échelle de la métropole.


Haut de page