suivez nous
Le secteur industriel à la Préfecture de Mohammedia occupe une place stratégique aux niveaux local et national puisqu’il occupe le 2ème rang (11%) dans le classement des préfectures et provinces du Royaume en se basant sur le critère économique de la production, la 3ème position (5%) au niveau de l’investissement industriel et la 2ème position (5%) au niveau de la valeur ajoutée de l’industrie nationale.

La Préfecture de Mohammedia se démarque particulièrement par ses industries chimiques, parachimique et énergétique (Samir, Somepi, Shell, centrale thermique ONE, dépôts d’hydrocarbures, Tissir-Primagaz, SNEP, Plastumar), qui font travailler en sous-traitance directe des entreprises locales, spécialisées en chaudronnerie, montage industriel, entretien maintenance, calorifugeage, charpente, etc… (Groupe Licodem, Buzzichelli, Smith, Somape, SITF , Maroc Anti-Corrision, EFPI, Van Rouhl, Secis, Assiana Industrie, Fédala Assainissement…)

Elle est ainsi reconnue également en tant que pôle industriel spécialisé dans les domaines de l’industrie mécanique, métallurgique, électrique et électronique. Ces secteurs ont vu le jour grâce aux donneurs d’ordres locaux et nationaux tels que la SAMIR, l’ONE, l’ODEP et St. Microélectronics, et grâce aux délocalisations opérées par de grandes multinationales comme Steelcase Strafor Maroc, Pechiney Mma, Nexans, Fagor, etc...

Le tissu industriel de la ville est diversifié et brasse les cinq secteurs des industries de transformation : industrie mécanique et métallurgique, industrie électrique et électronique, industrie chimique et para-chimique, industrie textile et cuir et industrie agro-alimentaire.

A côté de cette vocation industrielle, la Préfecture de Mohammedia jouie aussi d’une vocation agricole grâce à ces territoires ruraux.

La pêche maritime, le commerce, le tourisme, font également un ensemble d’activités variées du tissu économique et qui contribuent sensiblement à l’évolution de la ville.
Au cours de l’exercice 2012, quelques 264 unités industrielles ont contribué à l’élaboration des grandeurs économiques de la Préfecture de Mohammedia, soit pas plus de 5% du nombre total d’unités industrielles à l’échèle national.
Sur les six dernières années, le nombre d’établissement a connu une très légère évolution de 9% passant de 242 unités opérationnelles en 2007 à 264 unités en 2012.
A ce niveau, il y a lieu de signaler qu’au cours de cette période (2007 – 2012), la Préfecture de Mohammedia a connu la création de 95 Unités industrielles et en a perdue 78 Unités, ce qui témoigne d’un rajeunissement continue des entreprises industrielles opérant au niveau de cette Préfecture.
En effet, sur les 95 unités créées entre 2008 et 2012, seulement 10% ont trouvé des difficultés à poursuivre leur activité et sur les 78 unités perdues, 86% provenaient des entreprises créées avant 2007 et qui ont cédé la place à de jeunes entreprises compétitives utilisant de nouvelles technologies.
Parmi les 259 unités, 43% opèrent dans le secteur des IMM, 24% dans les ICP, 17% dans l’IAA, 12% dans l’ITC et 4% dans l’IEE.
Sur les 259 entreprises, 24 unités ont un chiffre d’affaires qui dépassent 100 Mdhs, et 18 unités emploient un effectif total supérieur à 200 personnes, ce qui montre que le tissu industriel de la région est caractérisé par une prédominance des PME/PMI.
Ce qui est de la répartition géographique des unités industrielles de la Préfecture de Mohammedia, on note une concentration au niveau de la ville de Mohammedia (MD) (67%) et la Commune de Ain Harrouda (AH) (19%). Les autres communes se partagent les 14% restantes.
La production industrielle, qui s’est établie à plus de 75 milliards de dhs, a enregistré une augmentation de 5% comparativement à l’année 2011. Cette performance est attribuée à une légère augmentation des réalisations des industries chimiques et parachimiques avec 7%.
L’évolution de la production au cours des six dernières années peut être répartie en deux périodes: la première entre 2007 et 2009, dont la valeur de la production stagnait autour de 36 Mds dhs, et la seconde entre 2010 et 2012, dont la valeur a atteint les 75 Mds dhs.
les performances enregistrées au cours des exercices 2011 et 2012 sont dues essentiellement à l’amélioration des activités des secteurs de la chimie-parachimie (dominé par la société SAMIR) et de l’agroalimentaire (dominé par les sociétés IMPERIAL TOBACCO, DELICES VIANDE & SAPAK).
Les Industries chimique et parachimiques représentent à elles seules 75% de la production de la Préfecture. cette performance est attribuée au mastodonte de la raffinerie nationale à savoir SAMIR, qui représente plus de 70% de la production du secteur. Les Industries Agro-alimentaires viennent en deuxième position en terme de production (17%), due en grande partie aux sociétés: Impérial Tobacco et Délice viande, avec plus de 95% de la production du secteur.
les IMM se placent en troisième position avec (6%) , suivi des ITC (1% ) et des IEE (1%).
La ville de Mohammedia détient 81% de la production totale de la région, devançant de loin la commune de Ain Harrouda avec 17%, suivie de la commune d’Echchellalat 2%, les autres communes ont des contributions très insignifiantes (en dessous de 1%).
S’agissant du volume des exportations, il s’est chiffré à plus de 10 milliards dirhams, enregistrant une nette amélioration de 43% par rapport à 2011 due principalement au secteur des industries métalliques et mécaniques qui a enregistré une progression considérable de 62% par rapport à l’année précédente.
En effet, les exportations au niveau de la Préfecture de Mohammedia sont dominées par deux secteurs à savoir: les Industries chimiques et parachimiques et celui des industries métalliques et mécaniques.
Les ICP se taillent la part du lion en terme d’exportation avec 84% du volume des exportations de la Préfecture. Cette performance est attribué à la SAMIR, qui représente, à elle seule, 98% du volume des exportations du secteur.

Les IMM viennent en deuxième position avec 11%, due principalement aux branches d’activités relatives aux travaux des métaux, suivi des secteurs des ITC et IEE avec 2% et celui des IAA 1%.

Les principales sociétés exportatrices de cette Préfecture sont: SAMIR, SNEP, AFRIC PHAR, SPCP & MCI (ICP), MAGHREB STEEL, BUZZICHILI, SILA MAROC & SACMI (IMM), A2SINDUSTRIE, NEXANS MAROC, SONOCABLE & CAPELEM (IEE) INDUMAIL, RBC, LAVASSER & TANNERIES MOHAMMEDIA (ITC), IMPERIAL TOBACCO, SAPAK, FB GUM & SCANDIMAR (IAA).
La ville de Mohammedia détient 93% de la valeur de l’exportation totale de la région, devançant de loin la commune d’Echchellalat 7%, suivie des autres communes dont les contributions sont quasi nulles.
La valeur ajoutée dégagée par les établissements implantés dans cette région en 2012 s’est établie à plus de 16 milliards de DH, enregistrant un gain de 7% par rapport à l’année précédente et 433% par rapport aux années 2007 & 2008. Cette performance est principalement attribuée à l’évolution des secteurs de l’Agroalimentaire & celui de la Chimie Parachimie qui ont enregistré respectivement une évolution moyenne sur les six dernières années de 888% et 30%.
Il y a lieu de signaler que la Préfecture de Mohammedia contribue avec 16% du PIB Industriel du Royaume et occupe le 2ème rang, juste après Casablanca.
En 2012, le secteur des IAA s’est taillé la part du lion en terme de richesse avec 64% du PIB industriel de la Préfecture Mohammedia, suivi du secteur des ICP (29%), du secteur des IMM (5%) et des secteurs des ITC (1%) et des IEE (1%).
Sur la période de 2007 – 2012, la Préfecture Mohammedia a produit quelques 64 milliards de DH de richesse en termes d’activité industrielle. Celles-ci ont été généré essentiellement par les secteurs de l’IAA 58% (surtouts les Industries de Tabac et de Viande) et l’ICP 30% (surtout l’activité de raffinage de pétrole, fabrication des matières plastique et celle des produits pharmaceutiques).
La commune de Ain Harrouda a généré plus de richesse que les autres communes de la Préfecture en raflant 65% du PIB industriel, suivie de la Ville de Mohammedia avec 34% et de la Commune d’Echchellalat avec 1%. Les autres communes de la Préfecture n’ont presque aucune contribution au PIB industriel de la Préfecture de Mohammedia. En effet, sur les six dernières années, la première et la deuxième place est toujours partagé entre la ville de Mohammedia et la commune d’Echchellalate avec un taux aux alentours de 90%.
Au cours des six dernières années, l’années 2008 a observée l’investissement industriel le plus important avec un montant de 6 Milliards DHS. Ainsi, cet investissement représente 29% du cumul investi au cours de cette même période.
Il y a lieu de signaler que 87% de l’investissement réalisé en 2008 est l’œuvre de seulement une unité industrielle de la Préfecture (en l’occurrence SAMIR).
En effet, c’est cet investissement réalisé en 2008 qui est à l’origine des performance économiques de la Préfecture Mohammedia observé au cours des années qui ont suivi, et qui se sont manifesté en 2010 par un rebondissement des exportations de la SAMIR.
Quant aux unités industrielles créées en 2012, et qui représentent 5,7% du secteur industriel de la Préfecture, elles n’ont réalisé que 2,2% du total investissement de 2012.
Enfin, la Préfecture de Mohammedia contribue avec 11% du total investissement du Royaume et occupe le 4ème rang à l’échelle National.
Le secteur des ICP accapare la part du lion de l’investissement total généré dans la Préfecture de Mohammedia en 2012 avec 81%, suivi du secteur des IMM (11%), des IAA (7%)et des IEE (1%).
Quant au secteur du Textile et habillement, représenté au niveau de la Préfecture avec seulement 30 sociétés, l’investissement réalisé est insignifiant et ne dépassant pas 5 Millions de dirhams.
La ville de Mohammedia détient plus de 86% de l’investissement industriel de la Préfecture, suivie de la commune de Ain Harrouda 9% et celle d’Echchellalat 5%. Les autres communes sont quasiment absentes en termes d’investissements industriel.
En effet, la même tendance a été observée pour les exercices précédents l’année 2012.
Tranche d’effectif Nombre d’entreprises (%) Total effectif (%)
Inférieur à 50 74% 18%
Entre 51 et 100 18% 13%
Supérieur à 101 18% 69%
On en conclu que le tissu industriel de notre Préfecture est composé certes, de petites et moyennes entreprises (PME), mais aussi de grande unités. En effet, les grandes entreprises employant plus de 800 personnes sont au nombre de 6 et regroupent à elles seules 38% du total effectif industriel de la Préfecture.
Quant à l’emploie féminin, il représente 23% du total effectif et on en compte 84% d’entreprises employant au moins une femme.
Pour l’année 2012 l’emploi a cru de 10% par rapport à 2011. Cette tendance d’évolution est observée depuis 2008. Ainsi, entre 2007 et 2012, la Préfecture de Mohammedia a observé la création d’environ 5.663 emplois et en a perdu 1.680.
En analysant le tissu industriel de la Préfecture de Mohammedia, on constate que:

Sur les 18504 emplois enregistrés en 2012, Les secteurs des industries chimiques et para chimique, des industries métalliques et mécaniques et des industries agroalimentaires accaparent 78% de la main d’œuvre total et observent, respectivement 30%, 28% et 20% desdits emplois.
Parallèlement au nombre d’entreprises, plus de 90% d’emplois générés par le secteur industriel de la Préfecture Mohammedia sont concentrés au niveau de la ville de Mohammedia et la Commune de Ain Harrouda, les 10% restantes sont partagé par les six communes restantes.
Afin de promouvoir les activités industrielles à Mohammedia, la Préfecture est dotée de plusieurs zones industrielles, opérationnelles ou en cours de réalisation, sur une superficie globale d’environ 800 Ha.

Parmi lesquelles :

- La Zone Industrielle Pétrochimique La SAMIR ;
- La Zone industrielle Boulevard Hassan II Sidi Mohamed Ben Abdellah ;
- La Zone Industrielle Farah ;
- La Zone des dépôts pétroliers ;
- La Zone d’activité du Port ;
- La Zone Industrielle Sud-Ouest ;


Actuellement la Préfecture compte plus de 600 unités industrielles, dont la grande partie (près de 460) situées sur les territoires des communes nouvellement rattachées à la Préfecture est implantée de manière non réglementaire et emploie environ 8000 personnes.

Le tissu industriel de la Préfecture de Mohammedia est très diversifié (Industries électrique et électronique, mécanique et métallurgique, chimique et parachimique, textile et cuir et agro-alimentaires), avec toutefois une prédominance de l’industrie chimique et pétrochimique, et un créneau en plein développement, à savoir le secteur de l’électronique.

Haut de page